Les bureaux de tabac disparaissent progressivement

Depuis le 1er janvier 2017, on compte moins de 25 000 buralistes en France et l’explosion des trafics
les condamne à la fermeture. Depuis 2000, ce sont près de 9 000 buralistes qui ont mis la clé sous la porte.
Le phénomène s’aggrave : en 3 ans, le nombre de fermetures de bureaux de tabac a doublé.

- de 25 000

buralistes en France depuis le 1er janvier 2017.
L’explosion des trafics les condamne à la fermeture.

9 000

fermetures de buralistes
en France depuis 2000.

1 000

fermetures de buralistes
en France depuis 2015.

Les bureaux de tabac sont des vecteurs de lien social dans les zones rurales et les quartiers urbains. Aujourd’hui, la protection du maillage territorial est d’autant plus indispensable que les bureaux de tabac sont dépositaires de deux missions d’intérêt public :

• Ils sont les préposés de l’administration pour la vente au détail de tabac et garantissent le contrôle par l’Etat de la vente des produits et de la collecte des taxes.
• Ils sont le premier réseau de commerces de proximité et jouent un rôle essentiel d’animation commerciale et sociale sur l’ensemble du territoire et en particulier dans les zones en proie à la désertification.

La plupart des buralistes proposent désormais de la presse, des jeux à gratter, des services postaux, des timbres fiscaux, font office de relais colis, tout en affinant continuellement leur rôle d’accueil et d’écoute auprès de la clientèle.

Un risque réel pour l’ordre public et la sécurité de tous

Face à des réseaux criminels de plus en plus diffus et organisés, il est essentiel d’enrayer le fléau du tabac illicite pour la sécurité de tous. Pourtant, les agressions, les braquages, les cambriolages et les incidents liés au tabac se multiplient :

  • 23 camions Logista ont été braqués en 2016.
  • Pour l’année 2017, ce record a été battu en à peine plus de 3 mois.
  • Un buraliste sur 2 a été victime d’au moins 3 agressions ou cambriolages dans sa carrière.

Prolifération de la délinquance :

L’occupation de l’espace public pour les ventes à la sauvette, ainsi que la détérioration ou la destruction du mobilier urbain pour stocker la marchandise constitue un problème majeur pour les collectivités locales.


Une source de financement pour les organisations criminelles :

L’Etat Islamique, groupe terroriste désormais structuré comme une véritable multinationale, a
choisi la contrebande et la contrefaçon de cigarettes pour se financer, à côté des nombreux
autres modes de financement.”

Rapport “Contrefaçon et Terrorisme”, UNIFAB 2016

“Il est avéré que beaucoup de djihadistes sont très proches de la petite délinquance (contrefaçon,
tabac, contrebande et drogue).”

Christian Eckert, Secrétaire d’État Chargé du Budget et des Comptes Publics.


Les ressources budgétaires de l’Etat sont diminuées

Chaque année, les trafics de tabac représentent 2,4 milliards d’euros de manque
à gagner pour l’Etat français en termes de recettes fiscales.
Cela représente 19% du déficit de la Sécurité Sociale (12,8 milliards d’euros en 2015).

La sécurité sanitaire du consommateur est menacée
par la composition de certaines cigarettes de contrefaçon

Le laboratoire des Douanes de Marseille effectue régulièrement des analyses sur les produits de contrefaçon saisis. Dans les cigarettes comme dans les autres produits du tabac qui sont saisis sur le marché noir, on trouve régulièrement :

  • Du ciment
  • De la sciure de bois
  • Du plastique
  • Des déjections de rongeurs

Par ailleurs, les taux de goudron, nicotine et monoxyde de carbone décelés dans ces produits dépassent largement les normes européennes en vigueur pour les produits légaux.

Une filière tabac fragilisée

L’explosion des trafics se fait au détriment des ventes légales de tabac. Ces dernières sont en chute libre depuis 15 ans.
Pourtant, l’existence d’une offre légale de tabac est indispensable car elle garantit le contrôle par l’Etat de la fabrication, de la vente des cigarettes et de la collecte des taxes.
Le statut de monopole de la vente de tabac par les buralistes est la clé de voûte d’une filière tabac contrôlée et maîtrisée, tant du point de vue des finances publiques que de la sécurité des flux de marchandises pour les consommateurs et les acteurs économiques.

Le saviez-vous ?

Les buralistes sont à la fois commerçants indépendants et préposés de l’administration.

C’est l’Etat qui délègue la vente du tabac à ces professionnels, dans le cadre d’un monopole (chaque buraliste signant un contrat
de gérance avec les Douanes). Une particularité qui explique que la profession commercialise aussi des produits réglementés
comme les timbres fiscaux, les jeux de la Française des Jeux et du PMU, ou encore les produits réglementés de La Poste.

close